Vers une Communauté euro-méditerranéenne de l’énergie

Faute de vision commune, l’interdépendance qui lie les pays de la rive sud et de la rive nord de la Méditerranée dans le domaine énergétique, n’est actuellement encadrée par aucune stratégie régionale. L’Union européenne privilégie la définition d’une stratégie énergétique européenne, difficile à envisager entre pays dépendants énergétiquement. De même, chacun des pays d’Afrique du Nord a contracté bilatéralement avec les pays de l’Union européenne sans tenir compte des politiques énergétiques adoptées par ses voisins.

Pourtant, plusieurs défis, notamment celui de la transition énergétique, attendent les pays européens comme les pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée (Psem).

Les pays européens se sont engagés à augmenter la part des énergies renouvelables dans la consommation d’énergie finale, à accroître l’efficacité énergétique et à réduire leurs émissions de CO2 d’ici 2020. De plus en plus dépendants, ils cherchent en outre à sécuriser leurs  approvisionnements en hydrocarbures. Au Sud de la Méditerranée, les politiques mises en oeuvre dans les pays producteurs d’hydrocarbures pourraient entraîner une réduction de la part d’hydrocarbures exportée vers les pays européens. De même, la croissance de la demande d’énergie, qui pourrait tripler dans les Psem d’ici 2030, appelle à la mise en place d’importantes nouvelles capacités de production d’électricité. Quelles que soient les politiques énergétiques mises en place, il faudrait entre 310 et 350 milliards de dollars d’investissement, selon nos estimations, pour réaliser de nouvelles capacités de production d’énergie dans les Psem d’ici 2030.

La nouvelle géopolitique mondiale du pétrole et du gaz, la volonté de développer des énergies renouvelables et décarbonées et l’opportunité de développer un secteur de l’énergie qui dégage de la valeur ajoutée sur les deux rives et créé de l’emploi, invitent les pays de la région méditerranéenne à élaborer une coopération plus étroite, et à définir un nouveau partenariat énergétique régional.
 
Plusieurs motifs économiques et géopolitiques plaident en ce sens :
• la proximité géographique ;
• les enjeux énergétiques communs et les atouts complémentaires entre le Nord et le Sud ;
• la transition énergétique et le développement notamment des énergies renouvelables en cours, qui avantage les Psem ;
• la volonté des Psem de ne pas manquer cette transition énergétique et de bénéficier d’une collaboration internationale dans ce domaine ;
• la nécessité d’aller au-delà de simples relations commerciales dans le domaine de l’énergie ;
• l’opportunité de constituer des filières industrielles régionales créatrices d’emplois ;
• la meilleure disposition de la Méditerranée occidentale qui connaît une dynamique d’intégration.

Ce partenariat énergétique régional, nouveau modèle porteur de croissance pour tous les pays de la région méditerranéenne et de stratégies novatrices, repose sur une vision partagée, s’inscrit dans la transition énergétique favorisant notamment le développement de nouvelles filières industrielles, créatrices d’emploi, et implique les entreprises de l’énergie de la région dans des projets communs.

Plusieurs actions structurantes pourraient conduire à la mise en oeuvre d’une Communauté euro-méditerranéenne de l’énergie :
• l’association du Nord et du Sud de la Méditerranée au pilotage d’une stratégie énergétique commune ;
• la convergence normative (normes réglementaires et techniques) ;
• la promotion de politiques d’efficacité énergétique ;
• le renforcement des interconnexions électriques transméditerranéennes ;
• la constitution de filières et de partenariats énergétiques euro-méditerranéens ;
• la mise en oeuvre de partenariats entre production, formation et recherche
à l’échelle méditerranéenne.


Les auteurs :
Moncef Ben Abdallah, expert énergie, industrie et développement durable, ancien ministre de l’Industrie et de l’Energie en Tunisie.
Samir Allal, expert énergie, directeur de l’Institut universitaire technologique (IUT) de Mantes en Yvelines, université de Versailles.
Jacques Kappauf, consultant énergie, ingénieur énergie électrique.
Mourad Preure, consultant énergie, ancien directeur de la stratégie de la Sonatrach.
Avec la collaboration de l’Observatoire Méditerranéen de l’Energie
Sous la coordination de Morgan Mozas


TABLE DES MATIÈRES

  • Introduction
  • 1. L’opportunité de définir une stratégie énergétique commune
  • 2. Les défis énergétiques des pays méditerranéens
  • 3. L’énergie comme levier de coopération euro-méditerranéenne
  • 4. Pour aller vers une communauté de l’énergie
  • Conclusion

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page