Thierry DÉAU, Président de MERIDIAM : « La réussite d’une ZES doit s’inscrire dans un ensemble plus vaste »

Thierry DÉAU, Président et fondateur de MERIDIAM © DR

Source : Thierry DÉAU, Président de MERIDIAM : « La réussite d’une ZES doit s’inscrire dans un (…) – AfricaPresse.Paris

Alors que l’Afrique importe la plupart de ses produits manufacturés, l’objectif d’accroître les niveaux de transformation industrielle demeure clé. L’Afrique dispose en théorie de nombreux atouts – à commencer par un accès aux matières premières, une réserve de main d’œuvre abondante, la montée en puissance d’une classe moyenne consommatrice – pour réussir une émergence qui s’appuie sur l’industrialisation, la substitution aux importations et une insertion dans les marchés mondiaux, le tout soutenu par l’afflux d’investissements étrangers.

Dans ce contexte, la constitution de ZES, dans ses différentes déclinaisons, a pu et peut constituer un élément important de cette stratégie d’émergence, comme l’a montré la multiplication des ZES, notamment d’initiative chinoise, sur le continent africain. 
D’une part, en concentrant en un lieu facilités administratives et fiscales ainsi qu’en matière d’infrastructures, il s’agit d’attirer des IDE dont on sait la sélectivité et la sensibilité à l’environnement, s’agissant de leur concentration sur un certain nombre de zones ou de pays. D’autre part, le développement de ces zones, généralement centrées sur un/des secteur(s) particulier(s) est censé générer à terme, une fois une filière forte structurée, des retombées sur le reste de l’économie et les autres secteurs.

La nécessité d’un articulation avec le tissu économique local

Au-delà des discussions théoriques, force est de constater que les réalisations pratiques ont jusqu’ici pu donner des résultats contrastés.
Si beaucoup de ZES ont pu jouer un rôle dans la transformation structurelle des économies de leur pays et favoriser une meilleure insertion dans les échanges, d’autres ont souffert d’« effets d’enclaves », sorte de ZES hors sol, recourant massivement à la main d’œuvre étrangère, donc sans impact sur l’emploi et la compétitivité du pays d’accueil du fait de l’absence d’articulation avec le tissu économique local. Ainsi, si toutes choses égales par ailleurs, les entreprises performent mieux dans les ZES que hors des ZES, les effets positifs au-delà de la seule zone, à l’échelle de la région et du pays, sont loin d’être univoques.

Et c’est bien là le premier des mérites de ce rapport, pour nous investisseurs et pour les décideurs publics, que de rappeler, au regard des expériences passées et présentes, que la réussite d’une ZES au-delà des seuls moyens déployés en son sein doit s’inscrire dans un ensemble plus vaste, qui engage et dépend tant de l’État d’accueil que des potentiels partenaires étrangers.

Ainsi, pour réussir les ZES doivent bénéficier d’un niveau minimal de capacités nationales et ne peuvent se substituer, seules, à des réformes plus globales et structurelles, tant en matière d’éducation et de formation, afin de s’assurer d’une main d’œuvre compétente, que d’accès aux infrastructures et à des corridors de transport, voire même bénéficier de dispositions de type “obligation de transformation locale” comme l’exemple-phare de la zone de Nkok au Gabon a pu en bénéficier s’agissant du secteur du bois.

Repenser un modèle de ZES plus inclusif et durable

De même, l’assistance à la création de ZES par des partenaires étrangers peut être précieuse d’un point de vue manufacturier ou des infrastructures associées, mais ne peut réussir et profiter au pays que si elle est associée à des transferts de compétences, la mise en œuvre de coopérations entre entreprises de la zone et entreprises locales. 
C’est le sens que pourrait prendre la redéfinition en cours des relations afro-européennes, guidée par une volonté grandissante de promouvoir une logique partenariale respectueuse de la souveraineté des États sur le long terme.

À nous, investisseurs, et aux décideurs publics, d’en tirer les conséquences alors que les contraintes d’infrastructures demeurent sévères, que les chaînes de valeur mondiales sont déstructurées, et que, somme toute, l’insertion du continent y demeure très faible. 
Et c’est là le second mérite de ce rapport que d’appeler à repenser un modèle de ZES plus apte à parvenir à une industrialisation inclusive et durable, qui d’une part fait passer l’intégration dans le commerce international par la constitution autour des ZES de chaînes de valeur locales et sous-régionales, et d’autre part concourt à la résorption du gap d’infrastructures par le développement de corridors régionaux et de plateformes multimodales, telles qu’en offrent déjà certaines ZES.

Pour ces dernières, comme pour les économies locales, il incombe aujourd’hui que les marchés locaux et sous-régionaux puissent représenter une part croissante des débouchés des industries de transformation que les ZES hébergent. Et c’est à ces objectifs ambitieux que Meridiam s’emploie à donner corps dans le cadre du développement actuel en Afrique de l’Ouest de sa première zone économique spéciale.

Thierry DÉAU, Président et fondateur de MERIDIAM

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page