Mme Carmen NDAOT, ministre de la Promotion des Investissements DU Gabon : « Les ZES sont aujourd’hui un modèle qui, nous l’espérons, fera école »

Avec plusieurs projets en chantier et sa zone de Nkok*, classée en 2020 meilleure ZES du monde pour la filière bois, le Gabon fait figure d’exemple. Dans cet entretien, réalisé lors de sa participation au webinaire sur les ZESS organisé par IPEMED, AEZO et l’AME, la ministre Carmen NDAOT met en lumière les points les plus illustratifs de cette performance.

Entretien avec Alfred MIGNOT, AfricaPresse.Paris (APP)
@alfredmignot | @africa_presse

source : https://www.africapresse.paris/Carmen-NDAOT-ministre-de-la-Promotion-des-Investissements-du-Gabon-Les-ZES-sont?lang=fr

Carmen NDAOT, ministre de la Promotion des Investissements du Gabon, lors de sa participation au webinaire sur les ZESS d’IPEMED-AEZO-Fondation AME, le 28 septembre 2021. © Capture vidéo APP

APP – Madame la ministre, quels sont selon vous les avantages des ZES ?
S. E. Carmen NDAOT –
 Tout d’abord d’ordre logistique, en facilitant les flux entre les centres de production et de consommation. On peut dire aussi que des investisseurs vont enregistrer des gains de productivité et donc être plus compétitifs, grâce aux économies d’échelle réalisées, avec le développement d’un tissu économique sur des filières porteuses, liées notamment aux avantages comparatifs des pays et de la demande qui se manifeste au niveau mondial.

Pour le cas spécifique du Gabon, il faut préciser la réussite de notre zone économique spéciale de Nkok*, la première que nous avons créée. Elle est située à 27 km de la capitale Libreville, et sa création résulte de la vision du président de la République, chef de l’Etat, son excellence Ali Bongo Ondimba.

Cette ZES représente une réponse concrète aux défis du développement des filières qui concourent à la diversification de l’économie au-delà du secteur pétrolier, par l’offre croissante de produits à très forte valeur ajoutée, principalement dans la filière bois, activité pour laquelle Nkok a été primée en 2020 meilleure ZES du monde de sa catégorie, par les Global free zone awards du Financial Times.

Ce succès a conduit le chef de l’État à décider de créer une deuxième zone économique spéciale, également dédiée à la filière bois, et qui a déjà commencé à accueillir sa première unité industrielle. D’autre part, cinq autres zones économiques spéciales dédiées au développement de l’agriculture sont actuellement en construction.

APP – Cinq ZES en chantier en même temps, c’est une accélération forte ! Quels sont, selon vous, les paramètres principaux qui ont fait le succès de la zone de Nkok ?.

S. E. Carmen NDAOT – C’est d’abord cette vision du chef de l’Etat de la diversification économique en développant d’autres secteurs que le pétrolier, et particulièrement celui du bois, car nous sommes un pays avec un énorme potentiel forestier.

Cette vision avant-gardiste a d’ailleurs permis d’être résilient lors des différentes crises, notamment la crise pétrolière que nous avons connue ces dernières années. Et puis, bien sûr, ces zones sont des plateformes précisément dotées d’infrastructures pensées pour faciliter les activités industrielles.

Ces atouts qu’offrent ces zones économiques ont abouti au grand succès de Nkok dans le secteur du bois, mais aussi des meilleurs parcs industriels en Afrique centrale. Les ZES sont aujourd’hui un modèle qui, nous l’espérons, fera école.

APP – Par rapport à la question mise en avant dans le Rapport sur les ZESS, qui a servi de base aux séminaire, et coproduit par IPEMED, AEZO et la Fondation AME, sur une coopération euro-africaine pour co-construire un modèle plus adapté aux attentes africaines, quelles seraient vos attentes ?

S. E. Carmen NDAOT – Je voudrais d’abord relever que nous avons aujourd’hui quelque seize nationalités différentes au sein de notre zone économique de Nkok, cela montre bien que le Gabon est engagé dans la diversification de ses partenaires. 
Bien sûr, nos zones spéciales sont propices à accueillir les acteurs économiques européens, et d’ailleurs nous développons déjà une forte coopération avec l’Union européenne dans plusieurs domaines d’activité, comme la pêche, l’environnement, etc.

Pour ce qui concerne les zones économiques, nos attentes se résument à un triple défi : contribuer à l’accélération du développement industriel par la valorisation des ressources locales ; favoriser le transfert de technologies ; assurer un effet d’entraînement sur le reste de l’économie avec la création d’emplois inscrits dans un processus de développement durable.

Voilà nos attentes par rapport à ces zones économiques qui se veulent internationales. Nous sommes donc aujourd’hui ouverts à tout type de partenariat au sein de ces zones.

APP – Madame le ministre, selon des données récentes de la Banque mondiale, le Gabon affichait un PIB par habitant de 7 000 dollars début 2021, devenant ainsi le pays le plus riche du continent… Comment expliquez-vous cette forte avancée du pays ?

S. E. Carmen NDAOT – Justement, comme je l’ai déjà un peu évoqué, cet indicateur traduit véritablement les effets des réformes engagées par le chef de l’Etat, depuis une dizaine d’années, pour asseoir la résilience de notre économie par la diversification des sources de la croissance, afin notamment de sortir de la dépendance au pétrole.

Ces réformes de la filière bois, ainsi que des industries extractives, font désormais obligation de réaliser une transformation locale des matières premières, avant leur exportation. Cela accroît systématiquement et de manière résiliente la richesse nationale provenant de ces secteurs. 
Ces bons résultats iront croissant, car nous sommes engagés depuis janvier dernier dans le Plan d’accélération de la transformation, le PAT, qui est en cours de mise en œuvre et portera ses fruits dès 2023, avec davantage d’embellies pour notre économie.

* Nkok, première ZES au monde à être certifiée neutre en carbone – Au lendemain de cet entretien, la Zone Économique Spéciale de Nkok, déjà classée en 2020 meilleure zone économique spéciale du monde dans le secteur du bois par la prestigieuse institution Foreign Direct Investment Magazine, vient d’obtenir la certification ISO 14064-1 pour sa politique de réduction des émissions de gaz à effet de serre. C’est la première zone industrielle au monde à être certifiée neutre en carbone.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page