Les systèmes de santé en Algérie, Maroc et Tunisie: Défis nationaux et enjeux partagés

Face aux problèmes de santé, les pays du bassin méditerranéen se trouvent exposés à des risques et des défis communs qui appellent à réfléchir de manière globale. Dans le cadre du chantier santé, IPEMED a souhaité réunir un groupe d’experts de haut niveau originaires des pays du Sud de la Méditerranée afin de rédiger un rapport sur les systèmes de santé dans la région du Maghreb central. Ce rapport a deux objectifs principaux. Le premier est d’établir un état des lieux des systèmes de santé dans ces pays mettant en exergue les potentialités et les défis communs. Le second est de présenter des recommandations en matière de politiques publiques de santé qui pourraient faire l’objet de coopérations et d’échanges entre les pays du Maghreb mais également avec les pays de la rive nord de la Méditerranée. Bien entendu, il ne s’agit pas de se substituer aux pouvoirs publics pour définir une politique de santé nouvelle pour chaque pays mais d’élaborer un rapport permettant à chaque pays qui s’engagerait dans la voie des réformes de trouver des éléments de réflexion et des lignes directrices méthodologiques en soutien de ses efforts.


Depuis leur indépendance, les pays du Maghreb central ont connu des transformations considérables dans le domaine de la santé. Tout d’abord, ils doivent faire face à une transition démographique qui s’opère presque simultanément que la transition épidémiologique, quand les pays du Nord de la Méditerranée ont pu affronter ces deux évolutions à des périodes différentes. Ensuite, le Maroc, la Tunisie et l’Algérie se sont engagés dans des reconstructions et des réformes qui doivent être poursuivies et approfondies aujourd’hui afin de faire face aux nouveaux défis identifiés dans le rapport et aux attentes grandissantes de leurs populations. Et tout cela afin de mettre en place des systèmes de santé équitables et solidaires, garantissant un accès aux soins de qualité pour tous. Sans oublier de répondre à la demande croissante des usagers et des professionnels d’une plus grande participation à la gouvernance des systèmes de santé.

Démographique, épidémiologique, organisationnelle et démocratique, ces transitions, présentées de façon détaillée dans le rapport, sont précédées d’une partie comportant des lignes directrices méthodologiques, regroupées en dix axes d’évolution, que les pays peuvent emprunter afin de réussir ces transitions et relever les défis communs. Avant d’arriver aux trois monographies nationales, réalisées par les professeurs N. Achour (Tunisie), N. Fikri Benbrahim (Maroc) et J-P. Grangaud (Algérie), et très largement documentées, une autre partie du rapport propose une ouverture vers les coopérations intermaghrébines existantes et les liens avec l’Union européenne et le monde arabe.

A chaque étape de la réflexion, le choix a été de mettre en exergue les potentialités et les sources de coopération et de convergence, voir d’intégration, entre ces trois pays et avec les pays de l’Union européenne et d’identifier des pistes d’action et des recommandations concrètes, en cohérence avec le projet global de l’IPEMED, de réfléchir pour pouvoir ensuite agir.

Ce rapport établit un état des lieux des systèmes de santé dans les trois pays du Maghreb central, mettant en exergue les potentialités et les défis communs, et propose des recommandations en matière de politiques publiques de santé. Dix axes d’évolution ont été identifiés :

1   –  Réaffirmer la place de la santé au cœur du politique ;
2   –  Faire de la politique de santé, un exemple de démocratie, en promouvant des actions d’information, des consultations et des procédures de codécision ;
3   –  Encourager des pilotages ministériels, gouvernementaux, plus stratèges
4   –  Mettre en place des outils de pilotage adaptés et performants
5   –  Réorienter le système de santé vers les usagers (malades et populations)
6   –  Promouvoir un système de santé plus solidaire
7   –  Définir une stratégie d’affectation des ressources financières efficiente au service de priorités clairement identifiées ;
8   –  Repenser et réorganiser la formation et l’information de tous les acteurs de la santé ;
9   –  Promouvoir une régulation accrue du marché des biens et du médicament ;
10 –  Développer les coopérations et faire émerger des alliances Sud-Sud et Nord-Sud.

Les auteurs :

M Noureddine ACHOUR, professeur de Médecine préventive et sociale à la faculté de médecine de Tunis et Directeur général de l’observatoire des maladies nouvelles et émergentes;
Pr Farid Chaoui, professeur de gastro-entérologie, chargé de la réforme de la santé et de la sécurité sociale auprès du Premier ministre algérien de 1990 à 1991;
Pr Noureddine Fikri Benbrahim, professeur de médecine sociale, santé publique et hygiène à la faculté de Rabat et vice-président de l’université Mohammed V Souissi au Maroc;
Pr Jean-Paul Grangaud, professeur de pédiatrie et ancien directeur de la prévention au ministère de la Santé en Algérie;
M. Michel Legros, directeur du département des sciences humaines, sociales et des comportements de santé de l’EHESP.

SOMMAIRE

  • Résumé
  • Executive summary
  • Systèmes de santé au Maghreb : des axes d’évolution
  • Avant tout, réaffirmer la place de la santé au coeur du politique
  • Faire de la politique de santé, un exemple de démocratie
  • Des pilotages ministériels, gouvernementaux, plus stratèges
  • Des outils de pilotage adaptés et performants pour les politiques de santé
  • Un système de santé plus orienté vers les usagers (malades et populations)
  • Un système de santé davantage solidaire
  • Définir une stratégie d’affectation des ressources financières
  • La formation et l’information au service de nouvelles priorités
  • En matière de médicament, entre monopole et libéralisme, un marché mieux régulé
  • Le Maghreb, une terre de systèmes de santé attractifs et excellents
  • Les pays du Maghreb, des États en transition sanitaire :
  • De la transition démographique à la transition épidémiologique
  • L’histoire longue des transitions antérieures
  • Les transformations démographiques
  • La transition épidémiologique et les nouveaux déterminants de santé
  • Du temps des reconstructions aux transitions organisationnelles :
  • Politiques de santé au Maghreb central : les convergences d’objectifs et d’enjeux
  • Des outils pour répondre aux défis des politiques de santé
  • Gouvernance et participation, un enjeu majeur
  • Coopérations, intégrations : des liens à approfondir
  • Les coopérations ou les concurrences intra Maghreb
  • Les liens avec le monde arabe
  • La place des États dans la division mondiale
  • Les liens avec la France et l’Europe
  • Le secteur associatif et mutualiste
  • Monographies nationales : Algérie, Maroc, Tunisie
  • Annexes et bibliographie
Afficher plus
Bouton retour en haut de la page