Les relations Afrique-Méditerranée-Europe : de la rupture pour le renouveau

Nous sommes à un moment de rupture des équilibres mondiaux. Nous sommes persuadés que sans l’Afrique, l’Europe n’aura pas sa place dans le XXIème siècle. Inversement, sans l’Europe, l’Afrique sera ballotée entre des alliances occasionnelles et risque d’être encore longtemps pillée sans avoir les chances de se développer.

Nous sommes persuadés que trois grandes régions verticales Nord/Sud se constituent :

  • La région organisée par la Chine qui s’étend du Japon à l’Australie en incluant les pays de l’ASEAN regroupés dans le Regional Comprehensive Economic Partnership (RCPE) ;
  • La seconde grande région mondiale étant constituée par le rapprochement des deux Amériques ;
  • La troisième verticale reste l’Afrique, la Méditerranée et l’Europe, qui tarde à s’organiser.

Nous sommes persuadés comme l’affirme le Président Macky SALL que les Européens sont des « partenaires naturels » des Africains alors que les Chinois et les Américains ne sont que des « partenaires occasionnels ». Mais peut-être parce que les relations de proximité et de complémentarité entre l’Europe et l’Afrique sont naturelles, elles ont été négligées par facilité ; elles ont été dénaturées donnant lieu à des relations de rente et des relations dissymétriques qui ont trop longtemps duré.

Comment surmonter ce passé trop souvent douloureux ? Comme l’Allemagne et la France ; plus le passé est douloureux et plus l’avenir doit être ambitieux. Voilà pourquoi nous pensons que le moment est venu d’engager la rupture pour construire en profondeur le renouveau de nos relations Nord/Sud. Tout le monde considère qu’il faut changer de paradigme. Ce souhait se décline de 4 façons :

Tout d’abord changer de comportement. Il faut que les Européens en finissent avec l’esprit de conquête et de domination et que les Africains cessent de se complaire dans la revendication pour prendre en main leur propre destin.

Par ailleurs, il faut changer d’objectif et de vision. Ne plus parler d’aide au développement mais construire ensemble une grande région mondiale verticale Africa-Med-Europa. L’intégration des économies des deux continents, à travers la diversification et l’équilibre des échanges d’Hommes, de biens, de capitaux et d’informations doit progressivement prévaloir sur le développement séparé de l’Afrique et de l’Europe.

De plus, il faut changer de stratégie en passant du commerce et du libre-échange à la redistribution géographique Nord/Sud de l’appareil de production. Des chaînes de valeur euro-africaines doivent se constituer dans le domaine de la santé, de l’énergie, de l’aérospatial, du digital, de l’agroalimentaire, etc. La coproduction incluant le partenariat, le partage de la valeur ajoutée et le transfert de technologie doit prendre le pas sur l’échange commercial qui est trop souvent déséquilibré et volatile.

Enfin, il faut changer de méthode en substituant l’approche territoriale au plus près des besoins acteurs locaux à l’approche macroéconomique et administrative. La méthode doit être bottom-up et mobiliser la société civile et non plus exclusivement top-down.

Jean-Louis GUIGOU (17 février 2022)

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page