Les partenariats énergétiques entre l’UE et ses voisins du Sud et de l’Est

L’énergie est un facteur déterminant des relations entre l’Union européenne et les pays voisins. Les pays du Sud de la Méditerranée fournissent un tiers des importations de gaz naturel et un quart des importations de pétrole de l’Union. La dépendance est également marquée dans l’autre sens puisque les exportations de gaz des pays du Sud sont à 90% destinées à l’Union  européenne et celles de pétrole à 50%. De même près de 50% des importations de gaz naturel de l’Union européenne viennent de Russie et celles de pétrole avoisinent les 30%.

Les crises gazières de 2006 et 2009 entre la Russie et l’Ukraine ont certes posé le problème de la dépendance de l’Union à l’égard d’un fournisseur aussi important mais il ne faut pas oublier que la Russie détient à elle seule près de 30% des réserves mondiales de gaz naturel (l’Iran 15% et le Qatar 15%). C’est donc un fournisseur incontournable et, de plus, proche de l’Europe.

Or le gaz est coûteux à transporter. L’UE dépend de plus en plus des importations d’hydrocarbures. Cette dépendance devrait passer d’environ 60% actuellement à 85% en 2030 pour le gaz, et de  83% à 93% pour le pétrole. L’objectif de l’Union est donc de diminuer la consommation d’énergies fossiles pour réduire cette dépendance mais aussi de limiter les émissions de gaz à effet de serre. Rappelons que l’énergie est responsable à hauteur de 80% de ce type d’émissions au sein de l’Union.

Les relations entre l’UE et les pays qui l’entourent ne sont pas simples, pour plusieurs raisons:
 
•    l’UE n’a pas de véritable poli tique énergétique commune, car les contraintes sont différentes d’un pays membre à l’autre. Les relations que l’Europe entretient avec ses voisins sont donc le plus souvent des relations bilatérales d’État à État, beaucoup plus que des relations de zone à zone ;

•    certains pays limitrophes de l’Europe ont cherché à intégrer, mais sans succès, l’espace européen et souhaitent être considérés comme associés privilégiés ; de plus, parmi ces pays, les situations énergétiques sont également très différentes puisque certains sont importateurs nets d’énergie tandis que d’autres en sont exportateurs ;

•    les éléments de coopération existent et le potentiel est loin d’être négligeable.

L’interdépendance se construit via la mise en place d’infrastructures de gaz et d’électricité qui rendent tous ces pays de plus en plus solidaires les uns des autres. Mais il n’y a pas d’accord de principe sur les objectifs à long terme : l’Europe est libérale avant tout, les pays limitrophes sont encore interventionnistes, très jaloux de leurs prérogatives nationales et le poids du secteur public y est encore dominant.

Nous analyserons les choix énergétiques de l’UE, avant de voir les partenariats qui existent ou se construisent entre l’Union et ses voisins.

Une troisième partie aura pour objectif de mettre en évidence que, malgré des problèmes communs, les solutions divergent selon les régions.

L’auteur :

Jacques Percebois. Professeur. Directeur du Creden. UMR-CNRS ART-DEV (5281) Université Montpellier I

Sommaire :

  • Introduction
  • Les choix énergétiques de l’UE
  • Les partenariats: priorité à la sécurisation et aux énergies renouvelables
  • Des préoccupations semblables mais des solutions divergentes
  • Cap sur la formation et les transferts de technologie
  • Annexes
Afficher plus
Bouton retour en haut de la page